Jouets pour chiens: Déclencheur de la prédation ?

Mis à jour : 18 déc. 2020


A l'approche de noël, les cadeaux s'accumulent pour toute la famille !


C'est aussi l'occasion rêvée de gâter notre chien de jouets, de cordes, de lanceurs balles, de peluches et autres objets dit "divertissants".


Chacun cherche le jouet le plus approprié, le plus adapté pour son compagnon. Celui qui comblera au mieux ses besoins physique et émotionnel.



Mais au fait,

  • Quel impact les jeux peuvent-ils avoir sur le comportement de nos chiens?

  • En quoi certains jeux réveillent la prédation ?

  • Comment "bien" jouer avec nos chiens ?

Lorsque l'on y regarde de plus près, rares sont les bénéfices que les chiens en tirent réellement. La balance aurait même tendance à pencher du coté des méfaits, plutôt que du coté des bienfaits.


L'intention de l'humain est tout à fait louable : offrir un temps de jeux et d'amusement à son chien, partager un instant de complicité, lui prodiguer de l'exercice physique pour entretenir sa bonne santé, lui consacrer du temps ou encore, lui permettre de s'occuper lorsque nous ne sommes pas disponible.


Que ce soit une balle, un frisbee, un bâton ou n'importe quel objet, le jeu prend une place considérable dans la vie des chiens et de leurs humains.


Le jeu, déclencheur de la prédation ?


"Mon chien a besoin d'exercice, alors je lui lance une balle pour qu'il court après."


Le bruit court que le chien aurait besoin de courir beaucoup et de manière intense chaque jour pour se sentir bien. La dépense et la fatigue physique seraient primordiale pour un chien bien dans sa peau.


"Défouloir" par excellence, le lancé est devenu un rituel. Le jeu de lancé n'est pas anodin. Il s'est immiscé dans la vie quotidienne de nos chiens et nous berce d'illusions.

Mais que se passe-t-il réellement dans le corps et dans l'esprit du chien?


Pour le comprendre, intéressons-nous à l'espèce canine.


Qu'est-ce qu'un chien ?


Le chien est un animal dit "carnivore opportuniste". En d'autres terme, c'est un prédateur. Pour chasser dans la nature, les prédateurs ont besoins de certains atouts; Celui qui nous intéresse ici est: la vue.


Bien qu'elle soit comparable à celle d'une personne myope (il voit flou de loin), il possède tout les atouts visuels qu'un prédateur peut avoir.


Notamment une sensibilité au mouvement supérieur à la notre: alors que l'humain perçoit maximum 16 images par secondes, le chien en perçoit 60. Il capte alors beaucoup plus facilement le moindre objet, personne ou animal qui bouge dans son champs de vision.

Cette perception lui permet de distinguer les mouvements d'une proie à plus d'un kilomètre.

Lorsque nous jouons avec notre chien en lui lançant une balle, un bâton ou autres, nous stimulons cette réaction au mouvement.


Pour lui, cette activité s'apparente à celle de la chasse.

A peu de chose près, nous reproduisons la séquence de chasse qui fait partie intégrante du répertoire comportemental du chien en tant que prédateur.


Une séquence de chasse est constituée de plusieurs étapes, d'après R. Coppinger:


Repérer la proie (par l'ouïe, la vue et l'odorat) > Fixer la proie > Poursuivre la proie > Saisir la proie > Secouer et mettre à mort > Déchiqueter > Consommer


Lorsque nous lançons un objet, le mouvement va déclencher la prédation de notre animal en réaction physiologique au stimulus (objet en mouvement).

Il est en de même pour les jouets bruyant type "pouic" qui peuvent rappeler au chien les cris d'une proie lorsqu'il la saisit.


Certains chiens vont jouer toute leur vie au lancé sans qu'il n'y ait de conséquences sur leur comportement, alors que d'autres y seront plus sensible et pourront développer des comportements gênants.


Quelles sont les dérives possible ?


Une fois la réaction au mouvement enclenchée et entrainée, il est possible que certains chiens "étendent" cette réaction à d'autres sujets en mouvement :

  • Les voitures

  • les joggeurs

  • les cyclistes

  • les enfants qui courent

  • les chats et petits chiens

  • les objets qui bougent

En sommes, les individus réactifs se déclenchent sur tout ce qui est en mouvement.


Alors comment jouer ?


Mais alors à quoi peut-on jouer? Quelle activité pour nos chiens ? Comment les occuper ?


Il est important de comprendre que le chien lui, n'a pas besoin de jouer, ou de pratiquer une activité particulière, si ce n'est la balade, pour être bien dans ses pattes. Un chien équilibré et bien "éduqué" est censé savoir s'ennuyer et se poser, sans que cela ne soit un problème.

Le jeu, c'est surtout pour faire plaisir aux humains !


Alors si cela est vraiment important pour vous, plusieurs activités sont possible sans pour autant appuyer sur le bouton de la prédation.


  • Le Snuffle mat et les jeux de stratégies

Les tapis de recherche et les jeux de stratégies consistent à cacher de la nourriture pour que le chien passe un moment à les rechercher en utilisant son flair. Cela favorise la concentration et offre une activité "intellectuelle".

  • Promenade en milieu urbain

Les promenades en milieu urbain sont d'une grande richesse pour les chiens. D'un point de vu exploration olfactives, elles ont toujours de nouvelles odeurs à offrir et en quantité infini. Elle permettent de varié les circuits et de découvrir sans cesse de nouveaux endroits.


  • Pistage


Le pistage ou mantrailing est une activité très enrichissante pour le chien et pour son humain. Elle favorise la concentration et renforce le lien entre l'humain et le chien. Elle permet aussi d'améliorer certaines problématiques qu'on l'ont peut rencontrer comme la familiarisation à l'environnement, l'excitation, le manque d'assurance...




Souvenez-vous


Pour qu'un chien se sentent bien, il n'a pas besoin d'une dépense physique intense.

De la balade, des trucs à renifler, des endroits à découvrir, en lien avec vous dans l'écoute mutuelle... Et le tour est joué !





Posts récents

Voir tout